• Quand le souvenir est noir...

    Souvenirs amers

     

    Je garde au fond de moi dans des caches obscures

    Tant de lourdes rancœurs, tant de sombres secrets

    Tant de sanglantes traces d’anciennes blessures

    Que je ferme la porte et tente d’oublier.

     

    Mais peut-on effacer des années de souffrance

    Tout ce qui a froissé notre cœur si confiant ?

    L’oubli peut-il combler le vide de l’absence

    Et l’enfance perdue ? Où est passé le temps ?

     

    Ce temps que j’ai vécu trop flouée d’insouciance,

    Ce temps qu’on m’a volé, mon Dieu, au nom de quoi ?

    D’une loi qui prétend protéger l’innocence ?

    J’ai grandi en hurlant qu’on me rende mes droits.

     

    J’ai grandi bien trop vite, la douleur ça use

    Et ça vous vieillit l’âme prématurément

    À l’heure où toute fille à la poupée s’amuse,

    Je rêvais d’être adulte, désespérément.

     

    Je rêvais d’être libre pour revoir ma mère

    Et je ne respirais qu’avec ce fol espoir

    D’y repenser ravive sans fin ma colère,

    Le chagrin me submerge, flot amer et noir.

     

    Je garde au fond de moi dans des caches obscures

    Tant de lourdes rancœurs, tant de sombres secrets

    Mon cœur rafistolé masque ses déchirures

    Mais je sais bien qu’il n’est pas prêt à oublier.

     

    30/05/2014

     

    ©Anne-Marie Lejeune

     

    « Sommes-nous des passeurs de rêves ?Changement d'adresse »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    Vendredi 30 Mai 2014 à 07:44

    Oh ma Mistic te voilà plongée dans de douloureux souvenirs. Bien sûr la blessure n'est pas complètement refermée. Quoi qu'il en soit elle t'inspire un texte poignant qui dit toute ta souffrance, toute ta révolte, toute ton impuissance. Dure condamnation pour un enfant que d'être séparé des siens par des étrangers qui ne savent rien de ses désirs profonds, qui ne s'en inquiètent pas. Je te souhaite quand même une belle journée, une belle fin de semaine. Je ne vais pas tarder à partir au travail. A bientôt ma chouette. Tu écris vraiment bien, tu as ça dans le sang.

    2
    Vendredi 30 Mai 2014 à 10:31

    Merci mon amie !

    Tes passages dans mon univers me réchaufent le coeur.

    C'est souvent quand déboulent des soucis dans ma vie, dans notre vie, que je fais appel à ma mère , plus encore depuis qu'elle nous a quittés. Et de la prier pour ceux que j'aime et qu'elle aime aussi là où elle est, me rappelle cruellement toutes ces années loin d'elle, tout ce temps manqué sans elle. Et ce souvenir tabasse le pardon que je dis avoir donné. merci de si bien me comprendre Moi aussi da garout a ran

    3
    Samedi 31 Mai 2014 à 06:56

    Je découvre ton blog et  une plume qui s'interroge.d''une jolie façon..

    Ce poème est très beau , il soulève beaucoup de questions qui attendent des réponses..

    La vie n'est pas facile pour tout le monde.

    Merci d'être passée lire ma modeste poésie ... 

    Bizarrerie moi aussi aujourd'hui , je parle d'introspection..

    Bon et doux weekend  Anne-Marie

    @+

    timilo

    4
    Samedi 31 Mai 2014 à 12:04

    il est dur d'oublier le passé qui nous a fait souffrir et pourtant c'est ce qu'il faut faire si on veut être heureux, vivre pleinement le présent en prenant tous les petits bonheurs quand ils passent

    5
    Mercredi 4 Juin 2014 à 06:52

    L'écriture est une bonne thérapie pour soigner une âme blessée.

    Même si on peut pas revenir sur les événements  elle nous permet de mieux les cerner  grâce au recul....

    En lisant ton poème , je mesure la qualité de ta plume...

    Douce journée  ANNE MARIE

    Bisous

    timilo

     

    6
    Samedi 7 Juin 2014 à 12:23

    http://youtu.be/GJUDBM6sCDw

    Joyeux anniversaire ma chouette, je pense très fort à toi  ♥♥♥.

    7
    Dimanche 8 Juin 2014 à 11:12
    DDD59

    Sauras-tu qui je suis ?…
    Un ciel plein d’étoiles,
    Une mer sans vague,
    Un vol de flamants roses…
    Je ne suis que douceur et calme,
    Je tends toujours la main à qui en a besoin,
    Je partage les joies et je console les peines,
    Aujourd’hui en te souhaitant
    Bon anniversaire !
    Me reconnaîtras-tu ?
    Regarde l’oiseau s’envoler,
    le soleil se coucher,
    Je suis toujours là,
    Je me nomme l’amitié

    Malgré la souffrance et la colère qui te submerge

    Je me permets quand même de te souhaiter un Joyeux Anniversaire

    L'amitié parfois aide à surmonter cette absence d'amour!!!

    Je t'embrasse.

    Domi.

     

     

    8
    Mardi 10 Juin 2014 à 16:13

    Il est impossible d'oublier de telles souffrances. Le temps qui passe aide simplement à les évoquer avec un peu plus de sérénité.

    9
    Mercredi 11 Juin 2014 à 19:04

    Merci Mon amie Thaddée oops, merci  Timilo le poèteyes,merci  ma très sage Flipperinebiggrin,merci ma DDDouce rêveusesarcastic, merci Marizou ma super créatrice d'imagescool

    Bisous à vous tous

    Coeur de roses merci

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :