• Observer l'étiquette

    Je je résiste pas à l'envie de copier-coller ce texte que j'ai déjà eu le plaisir de proposer à la lecture lorsque j'étais sur Overblog :

     

     suivez l'étiquette

    ÉTIQUETTES (Définitions,  méfaits et dangers)

     

    Collons-donc la première : PARESSEUSE !

    Eh oui, je revendique celle- là ! Parce qu’en préambule de ce sujet bien plus riche que ne l’indique son...étiquette, je m’en vais aller chercher les définitions qui m’intéressent sur...voyons voir ce qu’indique ladite étiquette...

    Hummmm... je lis : LAROUSSE illustré 2008. Pas tout neuf, d’accord ! Mais ça suffira ! Allez hop, j’ouvre, je lis et je recopie ! Déjà rudement fatigant pour une paresseuse ! Je procède par ordre alphabétique, car revenir en arrière, tourner inutilement des pages, ça aussi c’est...Harassant ! Précisions pour ceux qui, par le plus grand des hasards ne sauraient pas se servir d’un dictionnaire, voir page 220, troisième colonne en bas et 221, première colonne en haut.(Si vous possédez un vénérable Larousse illustré daté de 2008 bien sûr !) Et si ce que je vous dis vous gratte, aller à la page 511, deuxième colonne, sixième mot...Mais si vous n'avez pas le même antique dico que moi, ma fois...  Bon, trêve de préambules (besoin d’une définition ?), allons-y !

    Coller v t (ce qui veut dire verbe transitif): 1. Faire adhérer avec de la colle ou une autre substance. Coller une affiche. Bon, comme exemple à l’appui de mon sujet, j’ajoute : coller une étiquette. Je passe les définitions qui ne collent pas avec mon idée de la chose et je vais directement à :

    4. fam. (qui veut dire familier) : Mettre, placer d’autorité ou sans précaution. Il a collé mes affaires au grenier. 5. Fam.(toujours familier hein) : Donner, imposer, transmettre qqch (qui veut dire quelque chose) de désagréable ou d’indésirable. Coller une punition à qqn (ça, ça veut dire quelqu’un). Ou lui coller une vilaine étiquette par exemple.... Mais n’allons pas trop vite !

    Voilà pour « coller ». Or, qui dit coller, devrait pouvoir dire « décoller ». Allons voir ce que dit la Rousse à ce verbe. Vous remarquerez que je n’ai pas dit à ce sujet. C’est que je tiens à coller au plus juste du vocabulaire moi ! Nous voici donc à la page 290 de la grosse Rousse illustrée de 2008, troisième colonne presque tout en bas. Je ne vais pas compter les mots. Faudrait voir à pas oublier que je suis paresseuse !

    Décoller v t : Détacher, séparer ce qui est collé, ce qui adhère à qqch. J’ignore volontairement quitter le sol, s’envoler car là encore, ça ne colle pas avec mon sujet, verbe, complément.... En revanche, je note le familier: Ne pas décoller dont la jolie grosse rouquine donne la définition suivante : ne pas s’en aller, demeurer, notamm. là où on est importun.

    Vous remarquerez (deuxième remarque à noter) Que pour coller au plus juste de la place dont elle dispose, madame la Rousse, n’écrit pas en entier les mots qui composent les définitions. Heureusement alors, qu’elle écrit en entier les mots à définir... Notamm. , notamment, veut dire notamment !!!! C’est qqch hein ! Si qqn n’a pas compris, je renonce à expliquer, car décidém., je suis paresseuse !

    Pour terminer, je vous recopie aussi soigneusement que je l’ai fait pour les autres, la définition de mon sujet, qui peut être au choix un sujet ou un complément mais qui n’est pas un verbe, le n f : étiquette. Vous me suivez toujours ? Non, non, je ne suis pas hors sujet ! Donc, je retourne faire un tour chez ma rouquine étiquetée 2008 et... et....que vois-je ? L’ordre alphabétique me donne l’ordre de noter en premier le verbe étiqueter qui à lui seul donne quelques indications assez claires à propos de mon sujet... Page 391, troisième colonne.

    Étiqueter : 1. marquer d’une étiquette. Évident non ! Ah ce Larousse, quel pédagogue !

    2. Fig. (qui ne veut pas dire fignoler mais figuré) : Classer qqn d’une manière plus ou moins arbitraire. Ben là, ça colle impec’ avec ce que je veux dire... passons à étiquette, enfin !

    Étiquette n f (ça pourrait presque dire normes françaises non ! C’est souvent inscrit sur les étiquettes ce N F) Bon, bon je digresse. Reprenons. Étiquette n f : (De l’anc.fr. estiquer : attacher)

    1. Petit écriteau que l’on fixe à un objet pour en indiquer la nature, le prix, le contenu etc...

    2. Désignation qui précise l’appartenance de qqn à un mouvement, notamm. politique. Député sans étiquette, sans appartenance à un parti. (Je rigole ! Ou lol, ou mdr ou ptdr si vous préférez)

    3. Ordre de préséance, cérémonial et usage dans une cour, une réception officielle. Observer l’étiquette.

    Ouf ! J’en suis venue à bout !  Pour les définitions, c’est fait ! Je mériterais presque que l’on me décolle enfin cette étiquette de paresseuse qui me colle à la peau depuis l’enfance. Et ça fait mal, croyez moi !

    À l’aide d’un exemple parlant, je veux à présent développer ce « méfaits et dangers » que j’ai collé avec définitions,  entre parenthèses à côté de mon « ÉTIQUETTES » dans le titre de l’article, ou du sujet si vous préférez. Un excellent moyen d’y parvenir, c’est de me coller volontairement une deuxième étiquette : VINDICATIVE. Et là, pas besoin de La docte Rousse pour que vous compreniez le sens de cet adjectif !

    Vindicative, je dois avouer que je le suis un peu, beaucoup, passionnément envers celles et ceux qui, depuis mon enfance m’ont décorée d’étiquettes peu flatteuses, voire péjoratives qui me collent tellement à la peau, qu’il m’est quasiment impossible aujourd’hui encore, de les décoller. Paresseuse, menteuse, bonne à rien, prétentieuse, intello (eh oui, ça aussi ça peut être difficile à assumer !)... Et bien d'autres qu'il me serait trop fastidieux d'énumérer, d'autant que je ne suis pas rémunérée pour ce boulot et que, oui, je suis un chouïa fainéante !

    Ces multiples étiquettes qu'on a collées sur la large surface qui me sert de peau et sur la surface moins étendue, j'en conviens que représentent mon cœur et mon esprit réunis, chaque fois que j’ai essayé de les décoller, ça m’a fait un mal de chien. J’ai presque dû m’arracher l'épiderme physique, psychique et émotionnel, la peau quoi, pour y parvenir, d’où de nombreuses et indélébiles cicatrices...

    Afin que vous compreniez pourquoi cette opération fait tellement souffrir, je voudrais vous expliquer quelques petits trucs à l’appui de ma thèse. Avez-vous remarqué en tête de chapitre, la mignonne petite étiquette qui serait du plus bel effet sur un pot de confitures... à la fraise de préférence parce que sur un pot de marmelade d’orange ou de confiture à la rhubarbe, elle ne collerait pas ! Vous êtes bien d’accord avec moi! Car c’est justement ça le hic avec les étiquettes ! Se tromper peut être dangereux lorsque l’étiquetage du contenant ne correspond pas au contenu... Ce n’est pas bien grave quand il s’agit de pots de confiture mais quand il s’agit de personnes, c’est bien pis. Parce que s’il est facile de vider le pot qui ne contient pas la bonne confiture, il est impossible et absolument contre indiqué au demeurant, de vider une personne bouleversée par un étiquetage mal-t-à-propos, de son moi profond pour le remplacer par ce que nous pensons que cette personne est.

    Alambiqué ? Voyons ! Nous ne parlons pas de flacons de spiritueux ! Bon, qu’importe le flacon et son étiquette, c’est ce qu’il y a dedans qui compte hein ?  Me direz-vous peut être ! Dans tous les cas, il suffit simplement d’enlever l’étiquette incriminée... Ah oui ! Croyez-vous ? Avez-vous essayé de décoller une étiquette « gelée de framboises » sur un pot dans lequel vous comptez la remplacer par de la gelée de pommes ? Ou par des cornichons ?  Grattage, eau chaude, voire bouillante...C’est que ça tient bien ces petits morceaux de papier et que la colle utilisée est fichtrement coriace parfois...

    On n'a pas toujours affaire à ces étiquettes modernes qui se décollent sans façon !

    Quoique... pas Toujours !

    La peau du pot ne risque rien. Au pire, dans un mouvement compréhensible de mauvaise humeur, vous pouvez le balancer par terre. Problème réglé définitivement. La peau du sujet humain étiqueté souffre bien d’avantages des mauvais traitements infligés par les tentatives de décollage des étiquettes mal venues ! Croyez-moi sur parole. Je sais de quoi je parle !.

    Faute d’avoir réussi à arracher les saletés d’étiquettes que moult braves gens m’ont collées, je leur aurais bien arraché les yeux à ces messieurs et dames qu’on dit bien pensants (ou mieux Cons, dits bien pensants) Voilà en quoi je me reconnais VINDICATIVE ! GRRRRRRR !!!!!! Comprenez-vous un peu mieux cette notion de méfaits et dangers des étiquettes ? Celles qu’ON - ce pronom imbécile et menteur, pour ne pas dire CON - m’a collées, celles qu’ON, ce CON anonyme et patenté vous colle, celles que je, tu il elle, nous vous ils elles...collent à qui mieux mieux sans même en avoir conscience la plupart du temps...

    Et tic, et toc ! voilà comment moi, l'étiquetée intello, ex instit' de surcroît, je suis allègrement passée du vocabulaire à la conjugaison ! Mais rassurez-vous, même si l'exercice vous a rebutés, je ne collerai personne ! PS : Au fait, inné signifie-t-il préencollé ????

    Pour le savoir, consultez la Jolie Rousse ou le petit Robert

    « Peurs enfantinesHaïku ? Quoi ? »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    Mercredi 20 Août 2014 à 23:15

    et bien bon courage avec tes étiquettes pour les coller ou les décoller

    2
    Jeudi 21 Août 2014 à 09:20

    Pour le décollage de ces étiquettes abhorrées, essayez l'acétone ou même l'éther ! smile

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :