• Mes potes les oiseaux....

    Le petit peuple ailé

     

    Le petit peuple ailé piaille dans la ramure

    Et du feuillage dru se dispute l’abri

    Des soubresauts du temps, ils se font les augures.

    Si tout est calme encore ce n’est qu’un sursis.

     

    Avant nous les oiseaux l’ont bien senti dans l’air

    L’approche de la bête au si sombre pelage

    Dont les yeux en amandes lancent des éclairs.

    Nous autres les humains, nous l’appelons Orage.

     

    D’un coup le vent se lève et secoue les branchages

    Où merles et moineaux ne font plus aucun bruit.

    C’est comme s’ils craignaient de réveiller la rage

    Du grand fauve irascible qui feule et rugit.

     

    Au-dessus de leur arbre le ciel obscurci

    Soudainement se crève en violentes averses.

    Sous leur fragile toit, ils se tiennent blottis

    Pour résister ensemble à la pluie qui transperce,

     

    Au vent qui fait craquer les branches centenaires

    Où tremblant ils attendent que tout soit fini,

    Et que s’éloigne enfin le grand fauve en colère.

    Un dernier grondement, le voila reparti.

     

    Derrière les nuages le ciel s’éclaircit

    Le petit peuple ailé dans la ramure piaille.

    Nos amis les oiseaux désertent leur abri,

    Déjà ils ont repris leurs joyeuses chamailles.

     

    21-07-2014

    ©Anne-Marie Lejeune

    « Prétention...Belle histoire pour enfants sages... »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    Jeudi 24 Juillet 2014 à 08:10

    "Chamaille", un mot très parlant pour "dispute" !

    2
    Jeudi 24 Juillet 2014 à 18:29

    comme il est bon d'entendre les oiseaux et comme c'est beau de les voir

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :