• Les Rêves d'Élisa

    Acheter Les rêves d’Élisa

                                                                           Lien vers le site de vente

      

    C'est une jeune femme comme les autres, sans histoire particulière si ce n'est celle assez tourmentée de sa famille.

     

    Elle s'appelle Elisa. Elle va fêter ses 20 ans. Elle vit avec sa mère à St Cirq, à deux pas des Eyzies-de-Tayac-Sireuil, en Dordogne.

     

    C'est aux Eyzies que travaille sa mère , comme femme de chambre dans un petit hôtel, depuis la mort de son mari, noceur notoire qui s'est tué quelques années plus tôt au volant de sa voiture en revenant d'une soirée de jeu et de beuverie, entraînant dans la mort deux de ses fils aussi dévoyés que lui.

     

    C'est également aux Eyzies qu'Elisa exerce ses deux jobs d'été. Un mois comme vendeuse dans la boutique de souvenirs d'une amie de sa mère, l'autre comme hôtesse d'accueil au Musée de la préhistoire.

     

    C'est parce qu'elle a baigné depuis l'enfance dans ce haut lieu de la préhistoire,riche en sites propres à éveiller son imagination autant que sa soif d'en apprendre plus sur nos lointains ancêtres, qu'elle étudie la paléoanthropologie à l'Université de Bordeaux, avec Chloé, son amie d'enfance.

     

    Le cadeau de Patrick, éleveur de moutons en Haute-Provence et seul de ses frères encore en vie, va bouleverser son existence : une place pour l'unique représentation du Cirque Marini à Sarlat-La-Canéda, lors de laquelle elle rencontre un homme singulier Jonathan Sauveur, dompteur de tigre de son état.

     

    C'est à la suite de cette rencontre qui l'a énormément troublée, qu'elle recommence à rêver, ce qu'elle n'avait plus fait depuis le songe prémonitoire où elle avait vu la mort de son père et de ses frères...

     

    Quatrième de couverture :

    … Recroquevillée sur la couche d’herbe sèche, la fillette grelotte en dépit de l’épaisse fourrure d’auroch qui la recouvre mais c’est de peur plus que de froid. Quoique la caverne reste fraîche même en cette saison douce.

                Elle tremble parce qu’elle a peur de la nuit. Une peur terrible, irraisonnée comme celle que devaient ressentir les anciens au temps où la glace régnait sur le monde…

               

                Tel est le début du rêve qu’Élisa a fait le lendemain de ses vingt ans. Un songe étrange qui la marque d’autant plus qu’il est le premier dont elle se souvienne depuis le drame qui a bouleversé sa famille deux ans auparavant.

                Le premier, pas le dernier…

                Là est toute l’histoire de cette jeune fille qui partage sa vie entre les Eyzies de Tayac-Sireuil, l’un des berceaux de la préhistoire au cœur de la Dordogne, et Bordeaux où elle étudie la paléoanthropologie.

                Il ya aussi la rencontre avec cet inconnu qui l’est peut être moins qu’elle ne le croit…

     

    « J’écris mes rêves. » Confie volontiers Anne-Marie Lejeune. « Du moins ceux qui laissent la trace la plus profonde après mon réveil. Le premier rêve d’Élisa est en fait l’un des miens. Á la fois si étrange et réel qu’il m’a fallu très vite le mettre noir sur blanc avant qu’il ne s’évanouisse. Tout le reste de ce récit, n’est que le fruit de mon imagination de rêveuse éveillée »