• Les rêves d'Élisa- Chapitre 12

    Les rêves d'Élisa- Chapitre 12

    Le quatrième réveil

     

                - Une fois de plus, tu m’as sauvée !

                Dit-elle en sortant de la douce hébétude de la presque inconscience dans laquelle l’a plongée ce nouveau rêve si réaliste. Elle est dans les bras de Jonathan. Ils se sont endormis enlacés après l’amour.

                - Je t’ai sauvée, oui ! Et nous avons accompli une partie de notre destin pour cette époque.

                -Tu as donc rêvé toi aussi ?

                - Bien sûr ! Il le fallait. Nous devions faire l’amour ! Et ma semence portera… a porté ses fruits dans ton ventre dès la première fois au bord de la rivière où tu as failli te noyer d’avoir trop pensé à moi !

                - Notre enfant va vivre ?

                - Oui ! Un beau garçon, un vrai chasseur comme son père. Et il va vivre bien plus longtemps que ce qu’il était habituel de vivre en ces temps reculés, durs et pleins de dangers. Les trois suivants aussi, deux filles et un autre garçon, forts, vifs et vigoureux qui feront à leur tour de beaux rejetons ! De plus, Roh Arh Anh et Ehi Sha vont être un vrai couple. Ni l’un ni l’autre n’auront d’autre compagnon au cours d’une vie à la longévité exemplaire pour l’époque ! N’est-ce pas merveilleux ma douce ?

                - Mais ils n’existent que dans nos rêves Jonathan !

                - Tu sais bien que non ma chérie ! Ne le sens tu pas au plus profond de toi ?

                - Si… Non… je ne sais plus ! Tout ça est tellement étrange. ! En me réveillant, comme chaque fois, je ne savais plus où s’arrêtait le rêve ni où commençait la réalité ! À vrai dire je ne savais même plus très bien qui j’étais ! Peux-tu m’expliquer ce qui m’arrive ? Ce qui nous arrive !

                - Je n’en sais pas plus que toi mon amour ! Ou si peu ! Ce que je sais néanmoins avec certitude, c’est qu’il nous faut désormais accomplir dans nos rêves communs, tout ce qui a été chaque fois interrompu par tes réveils  intempestifs ! Et ceci afin que puisse s’accomplir notre destin actuel ! Car tu as senti n’est-ce pas, qu’à présent, nous rêvons ensemble ?

                - Je… Oui ! Tu rêvais donc toi aussi de ton côté avant notre rencontre dans le présent alors !

                - Exactement ! Et moi, je me réveillais chaque fois frustré si tu veux tout savoir ! C’est comme si ton subconscient effrayé, t’avait poussée à te réveiller plus tôt que prévu. Tu t’évanouissais au propre comme au figuré ma belle !

                - Ah bon ! Tu crois donc que je le faisais exprès ?

                - Pas tout à fait consciemment mais oui ! Sauf dans ton premier rêve ! Dans cet…épisode là, tu étais encore bien trop jeune  lors de notre toute première rencontre ! Voilà pourquoi Roh Ahr Anh a décidé de partir et d’attendre que tu sois devenue femme pour revenir !

                - Pourtant, quand tu es enfin revenu, là aussi je me suis évanouie alors que j’attendais ce moment depuis si longtemps !

                - Tu t’es évanouie de plaisir mon amour ! Ça arrive lorsqu’il est soudain et trop violent ! Et puis, si tu te souviens bien, tu étais dans mes bras dans les deux cas. Ehi Sha- Élisa, unies dans la jouissance entre les bras de Roh Arh Anh-Jonathan !

                Comment pourrait-elle oublier. Depuis qu’elle l’a présenté à sa mère ils ne se quittent plus.

                            Après leurs retrouvailles à Bordeaux, il a dû partir quelques jours pourtant. Il n’a rejoint les quartiers d’hiver du Cirque Marini, que le temps de s’expliquer avec son grand-père auquel il lui a fallu annoncer que non seulement il ne passerait pas Noël avec la famille réunie autour du patriarche comme chaque année pour cette occasion mais encore que la troupe allait devoir accueillir un nouveau membre sans compétence aucune pour les arts de la piste. Il est revenu une semaine plus tard avec sa valise et des tas d’arguments pour convaincre Sarah.

                -Je pense qu’il sera bien plus difficile d’amener ta mère à accepter l’interruption de tes études et ton départ pour vivre avec un dompteur de tigres dans un cirque, que ça ne l’a été d’annoncer ta venue à mon grand-père, à Carla qui va te mener la vie dure et aux membres permanents de la troupe qui nous voyaient déjà mariés elle et moi !

                -Tu devais te marier avec Carla ?

                -C’était l’idée de mon padrone avant que je ne lui parle de mes rêves et de toi ma chérie.

                -Mais tu lui as parlé de moi, heureusement !

                -Oui ! Et il a d’autant mieux compris ma décision qu’il t’avait vue lors de l’incident avec Simbu ! Après ça, il a remarqué mon humeur morose et m’a conseillé de venir te chercher comme tu le sais.

                -Tu viens toujours me chercher…Murmure-t-elle la tête soudain cotonneuse…Toujours…

                -Élisa, tu vas bien ?

               

                Elle se sent partir…

                - Hep ! Répons-moi Élisa

                …Elle a beau essayer de résister, elle décroche

                - Que t’arrive-t-il ? Dis quelque chose

                Elle perd pieds… c’est comme si elle s’enfonçait dans des sables mouvants

                - Élisa !

                De toutes ses forces, elle tente de se raccrocher au claquement de doigt près de son oreille…à cette voix d’homme de plus en plus lointaine…

                - Réponds-moi je t’en supplie !

                …Elle ne sait plus où elle est…Qui elle est… Qui lui parle…

                …Est-ce que quelqu’un lui parle ? Sûrement….Il y a des voix dans sa tête…Que disent-elles ?

                - On la perd ! Il faut faire quelque chose ! Arrête le processus ! Réveille-là !

                -Impossible pendant cette phase ! Trop dangereux !

                …Est-ce d’elle dont on parle ? Est-elle en train de mourir ?

     

                -Élisa, Élisa, reste avec moi mon amour ! Réponds-moi !

                …Rester ? Où ça ? Répondre mais à quoi ? À qui ?

    À ces deux voix dans sa tête dont les intonations métalliques lui font mal, ou à cette autre voix suppliante qui s’affaiblit et s’éloigne à l’orée de son subconscient…

                - Élisa…Élisa…Elisa

                Elle voudrait bien parler pour leur demander à tous de se taire mais aucun son ne peut franchir ses lèvres.

                Deux horribles sensations totalement antinomiques s’emparent d’elle : celle de tomber dans un puits noir et sans fond en même temps que celle de flotter au-dessus de son corps, comme si elle était dans un coma profond proche de la mort. C’est terrifiant !

                Elle tente vainement de se secouer pour sortir de ce double cauchemar mais elle est comme entravée dans d’invisibles rets qui la maintiennent allongée…

                Allongée ? Elle était allongée près de… de qui déjà ? Elle était allongée quand… quand quoi ? On lui parlait… qui ?

                Il n’y a personne. Elle est seule, totalement seule dans la brume ouatée d’un vide…étouffant.

                Mais alors ces voix, d’où viennent-elles ?

                - Fais quelque chose Septime, elle s’en va !

                Elle s’en va ? Où s’en va-t-elle ? Peut-elle vraiment s’en aller ?

                - Je ne peux rien faire ! Il interfère Serena, je n’ai plus le contrôle !

                Qui interfère ? Qu’est ce que ça veut dire ?

               -Tu n’as qu’à l’effacer !

                Effacer qui ? Elle ?

                - Je ne peux pas ! Il est trop puissant ! Tu sais bien que depuis que nous avons perdu les autres, c’est déjà difficile de la réactiver comme nous le voudrions Et je n’ai plus la force Serena…plus la force !

                Quels autres ? Elle devient folle. Dans son esprit flottent des bribes de souvenirs qui se mélangent avant de se diluer comme le brouillard matinal. Des noms, des visages, des lieux étranges… hier…aujourd’hui…demain… Le temps aussi se délite…

                Elle plonge sans rien pouvoir faire pour stopper cette chute vertigineuse… Elle plonge envahie par un sentiment de perte irrémédiable… mais juste avant de sombrer, elle entend une fois encore, faiblement, si faiblement que ça lui fait mal :

                - Ehi Sha… Élisa !

                Et puis les deux voix haïssables, étouffent l’écho lointain de la supplique :

                - Il va falloir la reformater ! Dit la femme

                - Changer de sujet sera plus sûr ! Répond l’homme résigné.

                -Mais y en a-t-il encore de disponibles ?

     

    « Les rêves d'Élisa-Chapitre 11Les rêves d'Élisa-Chapitre 13 »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    Mardi 18 Mars 2014 à 23:42

    et bien que d'aventures elle nous fait peur cette Elisa de toujours s'évanouir

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :