• Belle histoire pour enfants sages...

    Patou le toutou doux

      

     

                Il était une fois un petit chien tout doux baptisé Patou. Il était très triste parce que tout le monde se moquait de lui. On l’appelait grande saucisse ou encore boudin sur pattes. Il était triste mais aussi, il en avait ras les moustaches ! Il décida donc d’aller visiter un peu le drôle de monde où il vivait, histoire de voir s’il existait d’autres « grandes saucisses » comme lui.

     

                Au détour d’un chemin, alors qu’il croyait définitivement être le seul de son espèce, il rencontra une bestiole bizarre qui faisait un bruit bizarre…

                - Waouhhh ! Ou Ouaffff ! En chien fit-il en stoppant net devant cet animal inconnu. T’es quoi, t’es qui toi ?

                - Moi, je suis Marie l’otarie. Et toi, t’es qui ?

                - Patou, le chien tout doux ! On m’appelle souvent grande saucisse.

                - Ah bon, je ne vois pas pourquoi !

                -C’est comme ça ! Y’en a d’autres comme toi ?

                - Sais pas ! répondit Marie ! Tu n’as qu’à aller voir ! Moi, il faut que je répète mon numéro. Salut Patou, bonne balade !

                - Salut Marie fit-il en s’éloignant, encore sous le coup de cette fascinante rencontre. « Décidément » se disait-il…

     

                Au détour d’un chemin, il entendit un bruit étrange…Une espèce de zonzon. Un peu apeuré, il s’approcha tout de même de l’endroit d’où venait le bruit.  Et là, il vit un truc à z’ailes qui voletait de ci de là au-dessus des fleurs.

                - Ouaffff !!! fit-il interloqué. T’es quoi, t’es qui toi ?

                Le truc voletant cessa de voleter, se posa sur une fleur et répondit en zézayant :

                -  Bzzzzz ! Ze suis Mireille l’abeille, Ze cerce du pollen, ze fabrique du miel. Et toi, t’es qui ?

                - Patou le toutou,On m’appelle la grande saucisse.

                - Ah bon ? Ze ne vois pas pourquoi. Et tu fais quoi par ici ?

                - Je cherche des amis.

                - Tu en as trouvé ?

                - Avec toi, ça fait déjà 2 ! Et je compte bien en trouver d’autres ! Au plaisir, Mireille !

                -Salut Patou ! Ze vole rezoindre mes sœurs à la ruce !

     

                Patou poursuivit donc  sa quête dans ce drôle de monde plein de surprise, de moins en moins apeuré au fil de ses rencontres.

                «Décidément… » Se disait-il

     

                 Au détour d’un chemin, il aperçut une mare qui miroitait sous le soleil. Sur l’eau verte nageait un animal rigolo qui faisait « coin coin! »

                - Ouafff, t’es quoi, t’es qui toi ?

                -Coin coin ! Je suis Léonard le canard et toi, t’es qui ?

                - Patou le chien. On m’appelle la grande saucisse.

                - Ah bon ? Je ne vois pas pourquoi ! Tu te promènes ?

                -Oui, en fait, je cherche des amis ! Et toi ?

                - Je cherche à manger mais y a pas grand-chose dans cette mare. T’en as trouvé des amis ?

                - Avec toi, maintenant ça fait 3 ! Chouette ! Bon, je continue à chercher ! Bon appétit Léonard !

                - Bonne route Patou ! Au fait, si par hasard tu rencontrais Maligne, Dis-lui bonjour de ma part !

                - C’est qui Maligne ?

                - Tu verras-bien ! Je file fit-il en s’envolant de la mare, faut que je trouve un autre garde-manger.

                Patou poursuivit donc sa balade, plein d’espoir et de curiosité pour ce drôle de monde où personne ne se moquait de son apparence.

                « Décidément… » Se disait-il.

     

                Au détour d’un chemin, il entendit un jappement plaintif  qui venait de derrière un gros arbre. « Hummm je connais ça ! »  se dit-il en s’approchant sans crainte.

                - Ouaffff ! T’es qui toi et pourquoi tu gémis comme ça ?

                - Ouifff ! Je suis Mac Miche le caniche ! Je suis perdu ! Et toi, t’es qui ?

                - Patou, la grande saucisse !

                - Ben moi, on m’appelle plutôt le boudin nain !

                -Ah bon ? Je ne vois pas pourquoi répondit Patou en ouafrigolant gentiment ! Tu fais quoi tout seul par ici ?

                - Je cherche des amis ! Tu es le premier ! Il est trop grand pour moi ce drôle de monde.

                - Moi aussi je cherche ! Viens avec moi, à deux ce sera plus amusant !

                Et les voila partis tous les deux, le grand Patou devant, le p’tit Mac Miche derrière.

     

                Au détour du chemin, ils croisèrent très très rapidement Mimi, la souris sauteuse qui trouva juste le temps de leur dire qui elle était et qu’elle s’entraînait pour les jeux olympiques avant de disparaître d’un bond.

                 Ouaff, fit Patou, Ouifff ! Fit Mac Miche. Ils reprirent leur route encore estomaqués par cette bondissante apparition.

                « Décidément… » Se dit Patou.

     

                Au détour d’un chemin, au beau milieu d’une clairière, ils aperçurent un étang. Il s’y arrêtèrent pour boire un petit coup.. et se retrouvèrent quasiment truffe à bec avec une créature magnifique, toute blanche. Aussi surprise qu’eux, elle s’éloigna du bord en glissant gracieusement sur la surface de l’eau. Un peu effrayé, Mac Miche se cacha derrière une touffe d’herbe.

                - Ouaff ! Fit Patou pas trop fort pour ne pas faire fuir le bel animal immaculé, t’es quoi, t’es qui toi ?

                - Je suis Maligne, le cygne, fit le grand oiseau en redressant fièrement son long cou et vous deux, qui êtes-vous ?

                - Moi c’est Patou et lui, le peureux, c’est Mac Miche. Je suis un basset, lui, c’est un caniche. Nous somme des chiens.  On m’appelle grande saucisse et lui, boudin nain.

                - Ah bon ? Je ne vois pas pourquoi !

                - Ben moi non plus finalement ! Alors c’est toi Maligne !

                - Moi-même, pourquoi ?

                -Tu as le bonjour de Léonard le canard !

                -Et que faites-vous par ici les toutous ?

                -Nous cherchons des amis ! Pour moi, ça fait déjà 6 avec toi et pour mon copain, seulement 2 parce qu’il s’était perdu !

                - Alors bonne chasse aux amis les amis ! On se reverra peut-être si vous repassez par ici !

                - Salut Maligne dirent les deux chiens et ils s’en allèrent après un dernier signe au cygne.

     

                 Au détour d’un chemin, leur œil curieux fut attiré par un animal encore plus bizarre que tous ceux que Patou avait déjà croisés depuis le début de son aventure. Il sautait de branche en branche avec une folle agilité.

                - Ouafff ouafff ! Fit Patou très fort pour attirer son attention avant qu’il ne disparaisse. T’es quoi, t’es qui toi ?

                - Houba, houba, je suis Marsy le marsupilami, répondit l’animal étrange en s’agrippant à une fleur géante.

                - Un ..Mar..pu si la quoi ? Bredouilla Mac Miche les yeux écarquillés.

                - Un Marsupilami ! Appelez-moi Marsy, ça ira comme  ça ! Et vous êtes qui tous les deux ?

                - Patou et  Mac Miche ! Nous sommes des chiens répondit Patou. On m’appelle grande saucisse et lui, boudin nain.

                - Ah bon ? Je ne vois pas pourquoi !

                - C’est quoi un marsupilami ?

                - Un animal dont on dit qui n’existe pas mais qui n’existe ! Je ne peux pas mieux vous dire. Je cherche mon amie Fanfreluche ! Si vous la voyez, dites-lui de me rejoindre à l’aéroport. On a un avion à prendre pour l’Australie !

                -D’accord mais elle ressemble à quoi Fanfreluche ?

                -Vous verrez bien ! Salut les copains !

     

                Ils se remirent en route. « Décidément… » Se dit Patou.

     

                 Au détour d’un chemin, ils entendirent une grosse voix qui criait désespérément : « Je veux ma mer, où est ma mer ? » et soudain apparut devant leurs yeux effrayés, une bête dont les 8 pattes gesticulaient à tout va. Une fois de plus, Mac miche choisit de se cacher derrière son ami.

                - Ouaffff ! Fit très fort Patou, espérant ainsi faire au moins un peu peur au monstre qui leur barrait le chemin. T’es quoi, t’es qui toi ?

                - N’ayez pas peur de moi, je vous en prie ! Je suis Anne-Marie, la pieuvre ! Je suis perdue, je cherche la mer.

                - Anne-Marie, la pieuvre ? Mais ça ne va pas ça ! Faut que ça rime !

                - Comment ça il faut que ça rime ?

                - Chez tous les autres amis que nous avons rencontrés, ce qu’ils sont rime avec leur nom. Marie l’otarie, Mireille l’abeille, Léonard le canard, Maligne le cygne, Marsy le Marsupilami..

                - Et vous deux ?

                - Patou le toutou doux et Mac Miche le caniche, même si on m’appelle le plus souvent grande saucisse et lui, boudin nain !

                - Ah bon ? Je ne vois pas pourquoi. Désolé pour la rime mais avec pieuvre, à part chef d’œuvre … C’est pas un prénom et puis ce serait prétentieux, non ?

                -Tu as raison ! Alors comme ça, tu cherches ta mère ?

                 - Non, la MER, M-E-R. Je ne sais pas par quel tour de magie j’ai atterri dans ce drôle de monde.

                - Ben moi, je commence à comprendre. Décidément… Au fait, tu ne connaîtrais pas une certaine Fanfreluche ? Elle a un avion à prendre.

                 - Si, je l’ai rencontrée ! Elle est aussi perdue que moi. Elle cherche son ami Marsy et l’aéroport de Roissy !

                - Tu sais à quoi elle ressemble ?

                - Vous verrez bien ! Bon, j’y vais moi, je suis claquée !

                Patou et Mac Miche saluèrent la pieuvre chagrine et reprirent la route. « Décidément…décidément.. » Ne cessait de répéter Patou. «  Décidément quoi ? » Demandait inlassablement Mac Miche. « Décidément » lui répondait Patou.

     

                            Au détour d’un chemin qui s’arrêtait net au bord du drôle de monde, ils tombèrent sur un grand volatile, haut sur pattes, qui courait dans tous les sens.

                - Ouafff !  Fit Patou autoritaire ! Arrête-de courir, tu me donnes le tournis ! Tu dois être Fanfreluche, c’est ce que me dis ma truffe ! Mais t’es quoi toi ?

                - Une autruche, une autruche. Je cherche Marsy et l’aéroport de Roissy. On a…

                - Un  avion à prendre pour l’Australie, je sais. Moi, c’est Patou la grande saucisse, lu c’est Mac Miche le boudin nain et tu ne vois pas pourquoi, ça aussi je le sais !

                - Il est où Marsy ?

                - Par là, répondit Patou en lui montrant le chemin de la patte. Y a la mer en Australie ?

                - Oui, pourquoi ?

                - Si tu pouvais récupérer la pieuvre au passage, tu la déposerais au bord de la mer ! Elle est un peu perdue elle aussi !

                - D’accord ! Et vous deux, vous cherchez quoi ?

                - Des amis !

                - Vous en avez trouvé ?

                - Avec toi, ça fait neuf ! C’est assez pour aujourd’hui ! On en a plein les pattes et je crois qu’il est temps de se rentrer ! Je pense avoir compris comment fonctionne ce drôle de monde.

                -  Ah bon ?

                - Oui, c’est facile ! Un peu d’imagination, un peu d’air et beaucoup d’amour !

                - Facile ? Ça dépend pour qui ! Intervint la modeleuse de ballons en rangeant son matériel.

     

    ©Anne-Marie Lejeune

     

    25 juillet 2014

    « Mes potes les oiseaux....La maison de mon coeur »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    Samedi 26 Juillet 2014 à 08:06

    La chute de votre histoire est inattendue , mais très originale !

    2
    Mardi 29 Juillet 2014 à 17:32

    je n'aurai jamais cru à cette fin mais tout un art de sculpter les ballons

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :